icone avocat travail

Quel avocat choisir pour un licenciement ?

Nous vous mettons en relation avec le bon avocat
Cliquez-ici
Ou contactez-nous au 01.72.76.17.60
logo actoowin
Victime d'un licenciement ? Nous vous mettons en relation avec le bon avocat pour maximiser vos indemnités

Quand consulter un avocat pour un licenciement ?

Combien coûte la consultation d'un avocat spécialiste en licenciement ?

Quand consulter un avocat pour un licenciement ?

Vous êtes salarié et vous sentez le vent tourner de la part de votre direction :

• Le climat avec votre employeur se tend, ce qui vous laisse penser que votre employeur s’apprête à prendre une mesure de licenciement contre vous,

• Vous avez déjà reçu une convocation à un entretien préalable au licenciement,

• Votre licenciement vous a déjà été notifié.

Ces trois cas illustrent parfaitement les situations dans lesquelles vous devez consulter un avocat licenciement.

Il est recommandé à tout salarié qui l’estime nécessaire, de se rapprocher le plus rapidement possible d’un avocat licenciement, et si possible très en amont du licenciement (idéalement avant même que la notification du licenciement soit intervenue, dès la réception de la convocation à l’entretien préalable).

L’importance de vous y prendre tôt est stratégique car l’avocat licenciement pourra vous conseiller en amont sur les attitudes à adopter et vous informer sur ce qui vous attend, notamment :

• Les différentes étapes de la procédure de licenciement,

•  Les obligations que votre employeur sera tenu de respecter (respect obligatoire de la procédure, motivation du licenciement).

L’analyse opérée à ce stade par l’avocat licenciement peut se résumer en 3 questions :

• Les faits qui me sont reprochés par mon employeur sont-ils de nature à lui permettre de me licencier ?

• Quel degré de faute peut il retenir contre moi ?

• Le motif économique invoqué par mon patron est-il sérieux ?

Bon à savoir :

L’action d’un avocat licenciement ne se limite pas à vous défendre (ou à attaquer) devant une juridiction prud’homale. Son action vous sera également précieuse pour tenter de régler amiablement votre litige ou obtenir une transaction avec votre employeur.

Comme le dit le dicton : « mieux vaut un bon accord qu’un mauvais procès » !

En résumé, il est fortement conseillé pour le salarié d’aller consulter un avocat licenciement pour contester son licenciement si des éléments peuvent laisser penser que le licenciement est :

Injustifié : Vous n’êtes pas d’accord avec la décision et les motifs utilisés par votre employeur afin de vous licencier,

Irrégulier : Que l’employeur n’a pas respecté la procédure de licenciement (par exemple qu’il vous a convoqué à votre entretien préalable à votre licenciement par SMS)

Nul : Votre employeur vous a licencié pour des raisons discriminatoires ou n’a pas respecté votre statut de salarié protégé (délégué du personnel, représentant du personnel, délégué syndical).

Enfin, ne tardez pas trop à vous décider à avancer avec un avocat licenciement.

Dans les procédures de licenciement, le temps ne joue que rarement en votre faveur et vous avez un délai de prescription de 12 mois pour agir conformément aux dispositions de Ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail.

Quand consulter un avocat pour un licenciement ?

Ce sujet est bien connu des internautes et trois idées reçues souvent contradictoires s’affrontent sur les forums juridiques du web.

Idée reçue n°1 : La prestation d’un avocat spécialisé en licenciement ou expert en licenciement est très onéreuse.

FAUX !

Si la prestation d’un avocat fait l’objet d’une facturation, cela ne signifie pas pour autant qu’elle est chère.

La question doit plutôt se poser dans les termes suivants : les honoraires de l’avocat licenciement sont-ils rentables au regard de l’enjeu financier de mon dossier en licenciement ?

Dans cette mesure, et au regard des montants d’indemnités souvent importants en matière de licenciement, le critère du montant des honoraires de votre avocat ne doit pas être le seul critère déterminant.

Ce qu’il faut retenir :

La recherche et la sélection d’un avocat licenciement ne doit pas se faire exclusivement sur des critères de coût des honoraires. Les honoraires de l’avocat doivent toujours s’apprécier au regard de l’enjeu financier de votre dossier en licenciement. Les avocats qui ont une approche low-cost ne sont pas toujours les plus performants : payer moins cher rime trop souvent avec prestation dégradée (peu de temps dédié à votre écoute, peu de disponibilité).

Idée reçue n°2 : Cela ne vaut pas le coup de payer un avocat licenciement parce que vous pouvez vous défendre seul.

FAUX !

Même si la croyance se veut répandue et dans l’air du temps, agir ou se défendre seul face à son employeur n’est pas une bonne idée.

Gardez bien à l’esprit que votre employeur aura très certainement fait appel aux services d’un avocat licenciement spécialisé dans la défense des employeurs (et qu’il paiera surement très cher pour le défendre).

Ainsi, aussi brillante que soit votre démonstration, l’avocat licenciement de votre employeur se fera un plaisir de la démonter et vous donnera tort dans la majorité des cas.

Voici ce que vous devez retenir pour apprécier les honoraires demandés par un avocat licenciement :

• Toute prestation d’avocat justifie une rémunération : les tarifs d’une consultation avocat licenciement sont proches de ceux pratiqués par les autres professions réglementées (médecins spécialistes comme les dermatologues, radiologues …),

• Consulter un avocat licenciement de bonne réputation va dans la majorité des cas être rentable pour vous : L’avocat droit du travail que vous allez consulter vous évitera de coûteuses erreurs,

• Les tarifs pratiqués par l’avocat vous sont communiqués en amont sur sa convention d’honoraires : ainsi vous évitez les mauvaises surprises et vous avez de la visibilité sur le coût de la prestation de votre avocat licenciement,

• Un avocat licenciement peut se rémunérer par un honoraire au forfait auquel peut s’ajouter un honoraire de résultat (qui se traduit par un pourcentage des indemnités qu’il va vous permettre de récupérer auprès de votre employeur). L’avocat peut également pratiquer un honoraire au temps passé basé sur un taux horaire mais ce dernier mode de rémunération qui offre peut de visibilité au client est de moins en moins demandé et pratiqué.

Idée reçue n°3 : Je n’ai pas la trésorerie disponible et je n’ai aucune solution pour financer les services d’un avocat licenciement.

SOUVENT FAUX !

Des solutions existent et peuvent vous permettre d’accéder à un bon avocat licenciement, même si vous n’avez pas forcément les fonds disponibles.

Il existe deux solutions à exploiter :

• Vous pouvez avoir souscrit à une protection juridique dans votre contrat d’assurance habitation. Une protection juridique est souvent comprise dans les contrats d’assurance habitation et peut venir prendre en charge tout ou partie des frais liés à l’action de votre avocat licenciement. Pour le savoir, consultez votre contrat d’assurance habitation. Si vous ne l’avez pas sous la main, appelez directement votre assureur !

• Vous pouvez mensualiser le coût de votre action via notre partenaire financier

Vous pouvez également examiner la piste de l’aide juridictionnelle même si les montants pris en charge restent faibles et les critères d’accès très limités.